Dorénavant, me disais-je, ce

Dorénavant, me disais-je, ce

sera la morne prose du

mariage, le feuilleton

prévisible des ennuis

d’argent et du linge sale, au

lieu des petits poèmes variés

et spirituels d’une liaison

amoureuse.

Eloge des femmes mûres paru

chez Folio Gallimard en

2006 page 119

Citations de Stephen Vizinczey

Une citation sur le mariage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *